L’année 2016 s’achève. La transformation digitale de la France a débuté depuis quelques temps déjà, la question que l’on se pose dorénavant est: où en est la France aujourd’hui par rapport aux prévisions de début 2016 ?

Fin 2015, le numérique prenait déjà de plus en plus de place dans notre vie. En effet, 90% des moins de 35 ans possédaient un smartphone. Certains allaient même jusqu’à passer 100% de leur journée avec leur téléphone à moins d’1 mètre d’eux. Aujourd’hui, certains français ne possèdent pas uniquement un smartphone mais également une tablette, un ordinateur, une montre connectée et j’en passe. Ainsi, les français attendent beaucoup du numérique.

L’arrivée du numérique a chamboulé notre vie. Prenons l’exemple des canaux de vente qui ont été totalement bouleversés dès 2015. Pour 56% des consommateurs, internet est devenu la première source d’information avant achat, avant même les vendeurs en magasin. Sur la toile, il est possible d’avoir des informations de professionnels mais également les avis des consommateurs.

Cela nous démontre donc bien que les entreprises de tout secteur confondu doivent commencer leur transformation digitale, si ce n’est pas déjà le cas. Néanmoins fin 2015, les niveaux de disruption du numérique n’étaient pas les mêmes suivant les secteurs. Ainsi, les transports et l’hôtellerie étaient les plus touchés. Les prix sont cassés depuis l’arrivée de nouveaux types de concurrents que sont les VTC (ex : Uber et Heetch), le covoiturage (ex : Blablacar) et les sites de logements (ex: Airbnb). Fin 2015, la mode, la distribution et produits de grandes consommation n’étaient pas encore touchés par le numérique et ne s’inquiétaient donc pas de leur mutation digitale. Cependant, vous allez découvrir à la lecture de cet article que ce n’était qu’un court répit.

A la fin 2016, on peut dire que la nécessité de la transformation digitale rentre dans les mœurs, les entreprises se rendent compte de la réalité des choses. 85% des entreprises françaises déclarent que le numérique est au centre de leur stratégie mais seulement 26% ont adopté un plan chiffré et un budget pour cela. Cela rentre dans les mœurs mais les entreprises ne s’y attellent pas encore totalement.

Les entreprises françaises ont encore des difficultés à embrasser la révolution numérique dans sa  globalité. Cependant, cette transformation des entreprises est nécessaire. Ainsi, on prévoit une augmentation du PIB de 2,7 points si la transformation a lieu. 

Au niveau de l’administration, les français font parties des plus optimistes en Europe. 8 français sur 10 sont prêts à changer leurs habitudes pour cela. Cela apparaît comme une bonne nouvelle pour la France. Dorénavant, il ne faut plus prendre de retard par rapport aux autres pays. Mais il existe des freins indéniables : la sécurité et la confidentialité des données.

Au niveau du luxe, petit à petit au cours de l’année, le luxe s’est mis au digital. Aujourd’hui, les grandes marques du luxe parient de plus en plus sur les réseaux sociaux. On a notamment pu le découvrir avec les marques qui souhaitent être présentes sur tous les réseaux sociaux simultanément mais en dévoilant des choses différentes et complémentaires suivant le réseau.   Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont le nouveau, voire l’unique, moyen de pousser les jeunes acheteurs à consommer.

Au niveau de la santé, la transformation digitale semble très avancée avec toutes les nouveautés technologiques qui sont développés pour soigner les patients et pour la formation des médecins. Néanmoins, toutes ces nouveautés ne sont pas encore utilisées dans la vie de tous les jours. Ainsi la transformation digitale a débuté mais il va falloir encore quelques mois, voire quelques années, pour qu’elle soit effective.

Au niveau des banques et des assurances, c’est pour le moment le secteur le plus retissant à la transformation digitale. Mais les grands acteurs commencent à réaliser que cela est inévitable. Cela se voit d’autant plus avec l’arrivée des nouveaux types de banques uniquement sur internet tels que la carte Nickel. Par ailleurs, les banques souhaitent redorer leur blason pour attirer les jeunes qui fuient les banques et cherchent des moyens alternatifs.

Même si la France semble prête pour cette transformation digitale, elle a encore des efforts à faire pour que cela fonctionne. L’environnement économique et l’accessibilité au numérique sont les deux principales raisons pour lesquelles, pour le moment, cela ne porte pas toujours ses fruits. Néanmoins, lors d’une étude de 139 pays pour savoir lesquels tirent le mieux profit des opportunités digitales, la France est arrivée 24ème. On semble donc sur la bonne voie mais il y a encore des efforts à fournir.

La question que l’on se pose maintenant est qu’est-ce que les français pensent de cette transformation digitale.

Les français sont fortement tournés vers le numérique dans la vie de tous les jours :

  • 85% des foyers sont connectés à internet.
  • L’usage d’internet s’intensifie sur les mobiles.
  • Chaque année, de plus en plus de français font des achats en ligne et sont membres d’un réseau social.
  • De nos jours, la télévision est rattrapée par internet. 95% des 18-24 ans accèdent à internet quotidiennement.
  • Les jeunes générations deviennent accros à la technologie, ce qui explique le souhait de la transformation digitale particulièrement voulue par les 18-35 ans.

Suivant l’âge, l’utilisation du numérique n’est pas la même mais tout un chacun souhaite le numérique et en devient même dépendant. Comme je l’ai dit plus haut, les français sont optimistes quant à la transformation digitale de la France. Ils  l’attendent impatiemment et sont prêts à s’investir pour la favoriser.

Malgré le souhait de la France et des français de passer au numérique, la majorité des français ne le maîtrise pas correctement. Mais l’évolution des entreprises est aujourd’hui une question de survie. La France est consciente de son retard, ce qui est déjà un bon point. En effet, 1/3 des entreprises françaises s’estiment en retard au niveau digital. On va encore plus loin car 81% des entreprises françaises ont peur des startups spécialisées dans le digital. Ce retard est dû à l’absence de budget dédié, le manque d’emplois qualifiés, et surtout le désintérêt des dirigeants face à l’innovation.

Néanmoins, à la fin 2016, « transformation digitale » était dans toutes les bouches, ce qui prouve une certaine avancée. Ainsi, en 2017, les entreprises de tous secteurs confondus doivent élaborer un plan sur l’avenir et surtout prévoir un budget pour cette transformation digitale. Les entreprises qui ne le font pas sont vouées à disparaître.

Nous sommes là pour vous aider, n’hésitez pas à nous contacter.

Cookies

We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website. If you continue without changing your settings, we'll assume that you are happy to receive all cookies on the website. Cookies Policy

ACEPTAR
Aviso de cookies